Nouvelles du littoral

Connaissez-vous l’histoire de la forêt des Landes ?

La forêt des Landes de Gascogne est un massif forestier du sud-ouest de la France. D’une superficie de près d’un million d’hectares, elle est la plus grande forêt artificielle d’Europe occidentale. Bordée par l’océan Atlantique (côte d’Argent), elle forme un vaste triangle couvrant trois départements : la Gironde, les Landes et le Lot-et-Garonne, dont les sommets sont matérialisés par la pointe de Grave (au nord), Hossegor (au sud) et Nérac (à l’est). Principalement privée, elle comprend quelques parties domaniales situées près du cordon littoral. Mais connaissez-vous l’histoire de la forêt des Landes ?

 

Les origines de la forêt des Landes

A l’origine, la forêt et l’élevage constituaient l’essentiel des activités des populations des landes de Gascogne. A la fin du 18ème siècle, il y avait à peine 250 000 hectares boisés. Mais sous la menace permanente du sable, puis de l’eau, des hommes cherchèrent à arrêter les dunes poussées par le vent et l’océan. Les frères Desbiey furent les précurseurs de la fixation des dunes. Leur méthode consistait à immobiliser la dune par des clayonnages maintenus par des petits piquets.

S’inspirant des travaux des frères Desbiey, Brémontier donna des instructions détaillées pour ensemencer, d’Arcachon au Pyla, un premier cordon de sable côtier, en abritant les semis du vent d’ouest par des fagots placés parallèlement au rivage et d’une hauteur d’un mètre. La vallée située derrière fut ensemencée à son tour.

En juin 1788, Brémontier affirmait, d’après les premiers résultats de ses travaux, « pouvoir réussir à fixer la dune en continuant cet ouvrage ». De 1793 à 1801, il sut convaincre les pouvoirs publics de la nécessité de cette entreprise considérable.

La forêt des Landes au temps de Napoléon III

En 1867, 90 000 hectares de dunes étaient boisés en pins maritimes, tandis que 3 000 hectares de dunes littorales étaient couverts par la végétation dunaire. Mais cette entreprise restait inachevée : derrière les dunes s’étendait toujours sur plus de 700 000 hectares une vaste plaine inondée pendant une grande partie de l’année et desséchée au cours de l’été.

Chambrelent, ingénieur des Ponts et Chaussées, avait remarqué que la végétation se développait seulement là où les eaux trouvaient à s’écouler. Il en conclut qu’il fallait avant tout assurer la libre évacuation des eaux superficielles dès le printemps. Il acheta en 1849 une surface de 500 hectares de landes, sur laquelle il commença aussitôt à planter des graines de pin maritime suivant les principes qu’il avait établis. Le résultat fut immédiat : les semis se développèrent rapidement.

En 1855, la surface assainie et ensemencée atteignait 20 000 hectares. Mais une opération d’ensemble était nécessaire. Il fallait convaincre les maires d’assécher les terrains communaux pour réaliser un réseau de grands canaux collecteurs bien tracés : l’intervention de l’état devenait indispensable.

Lors de sa visite dans les Landes en 1855, l’Empereur Napoléon III fut enthousiasmé par les résultats de Chambrelent. Il décida d’acquérir personnellement un vaste territoire inculte de 7 400 hectares, en vue de son assainissement et de sa mise en culture. Une loi datant de 1857 obligea les communes à assainir et ensemencer leurs landes. Les propriétaires fonciers, profitant du réseau de collecteurs, poursuivirent de leur côté des travaux analogues et la forêt des Landes prit peu à peu le visage qu’on lui connaît aujourd’hui.

La forêt des Landes aujourd’hui

Au fil du temps, l’amélioration des techniques de culture a entraîné un accroissement notable de la productivité du pin maritime. Et aujourd’hui, il est unanimement reconnu que la forêt des Landes est un des plus beaux exemples de forêt cultivée.

Essence lumineuse, le pin maritime est l’emblème de la vie et de la santé. La forêt de pins est un lieu convoité par les curistes, tandis que les poètes et les écrivains célèbrent ses senteurs balsamiques, le bruit du vent dans ses cimes et le chatoiement de son sous-bois.
 La puissance évocatrice du pin maritime associée au désir de soleil, “d’air marin”,
 et les vertus surprenantes de sa graine lui valent une place de choix dans le domaine du bien-être et de la beauté. Mise à l’honneur par la marque Océopin dans sa gamme de cosmétiques biologiques, l’huile de graines de pin maritime est devenue une huile visage culte, indispensable de chaque routine de beauté.

Laisser un commentaire

Consultez aussi nos articles presse :

  • ELLE

    Juillet 2018
  • L’OBS

    Juillet 2018
  • GRAZIA

    Juillet 2018
Le blog

Découvrez nos produits