Nouvelles du littoral

Quel soin anti-âge pour moi ?

On entend tout et son contraire quand il est question d’anti-âge. On se demande toutes où est le vrai du faux quant il est question de vieillissement de la peau et de comblement des rides. Certains clichés ont la peau dure. Alors, pour y voir plus clair, on démêle avec vous le vrai du faux.

 

Les soins anti-âge ne servent à rien.

Faux !
 Ces dernières années, il y a eu beaucoup de données concluantes autour de certaines molécules comme la vitamine C ou l’acide hyaluronique. Les résultats d’efficacité concernant les acides gras Delta 5 présents en très forte teneur dans l’huile de graines de pin maritime en sont le meilleur exemple. Soigner ses rides et/ou prévenir le vieillissement de sa peau en utilisant l’huile visage Océopin est un excellent reflexe beauté au quotidien. En bref, il existe de très bons soins anti-âge, et de surcroît bio, qui ont prouvé leur efficacité.

Plus un soin anti-âge est cher, plus il est efficace.

Faux !
 Certes, un soin anti-âge nécessite des recherches en laboratoire et reste plus onéreux qu’une crème hydratante classique. Mais il y a des sérums anti-rides de qualité, en parapharmacie par exemple, pour une quarantaine d’euros. L’attention doit être portée sur les molécules qui entrent dans la composition. La richesse en acides gras et en molécules d’intérêt comme les acides gras Delta 5 sont un bon repère pour faire son choix dans les rayons de cosmétiques.

Il faut éviter d’appliquer des soins anti-âge quand on est jeune.

Faux !
 L’anticipation est la clé du succès pour conserver longtemps une belle peau. Sinon, à la quarantaine, l’épiderme sera abîmé. La meilleure façon de ne pas consulter les cabinets dermatologiques après la quarantaine est de soigner, très tôt, son hygiène de vie et de faire attention au soleil. Et surtout d’appliquer quotidiennement un soin anti-âge global naturel qui va permettre de prévenir l’apparition des signes de l’âge.

Il faut superposer les soins pour plus d’efficacité.

Faux !
 Cela ne sert à rien de superposer les soins. On risque d’entrainer une saturation de la peau. On peut se contenter de combiner deux soins anti-âge avec deux actifs différents, qu’on alterne un le matin et un le soir, ou un jour sur deux. Par exemple l’huile visage Océopin le soir et une crème hydratante à visée anti-rides le matin.

A partir de quel âge appliquer un soin anti-âge ?

Ça dépend du type de peau mais l’âge théorique est 30 ans. Une peau fine et claire peut commencer à appliquer des soins anti-âge dès 25 ans pour stabiliser tandis qu’une peau épaisse et mate peut attendre 35 ans. 30 ans est l’âge à partir duquel la synthèse de collagène diminue. Il faut donc compenser. Et on ne se démoralise pas ! On chouchoute sa peau pour éviter qu’elle ne marque prématurément et pour éviter les dégâts.
 Le mode de vie influe aussi sur l’âge auquel on commence. Une femme qui a beaucoup pris le soleil, qui pratique une activité professionnelle ou sportive en extérieur devra commencer plus tôt.

A chaque type de peau sa molécule anti-âge

Il existe plusieurs molécules pour lutter contre les signes de l’âge. Elles sont adaptées à des besoins spécifiques. Toutefois, on peut les combiner, en alternant les soins, matin et soir ou un jour sur deux.
 Une peau fine ou atopique doit privilégier un soin à base d’acide hyaluronique ou une huile végétale riche en acides gras essentiels spécifiquement dédiée aux peaux sensibles comme l’huile visage Océopin. Ces actifs vont stimuler le tissu de soutien et stimuler la synthèse de collagène.
 Une femme fumeuse, urbaine, soumise à la pollution ou dont la peau présente des tâches doit préférer une actif à base d’anti-oxydants qui redonnent de l’éclat au teint.
 Pour une peau légèrement acnéique, un peu épaisse avec les pores dilatés, on choisit un soin à base d’acides de fruits qui agira comme un exfoliant ou un peeling. Et contrairement à ce que l’on croît, les peaux grasses ont tout intérêt à choisir une huile pour nourrir leur peau : elle va réguler l’épiderme et calmer les inflammations responsables de l’apparition des boutons.

Choisir la texture de soin adaptée à son type de peau

Avant de choisir la texture, on se renseigne auprès d’un professionnel pour connaitre son type de peau. A chacune son soin ! Une peau sèche optera davantage pour une texture crème tandis qu’une peau grasse appréciera un sérum ou une crème légère.
 Si vous avez la peau sèche et envie d’un sérum, c’est tout à fait possible ! Il suffira de compléter le soin en ajoutant une crème hydratante ou en mélangeant directement son sérum ou son huile à sa crème dans le creux de sa main.

 

Alors, on fait la chasse aux idées reçues ?

Laisser un commentaire

Consultez aussi nos articles presse :

  • ELLE

    Juillet 2018
  • L’OBS

    Juillet 2018
  • GRAZIA

    Juillet 2018
Le blog

Découvrez nos produits