Nouvelles du littoral

Le pin maritime, l’arbre de beauté du Cap Ferret

Le pin maritime, pinus pinaster, est un conifère de la famille des Pinacées qui pousse dans le sable le long des côtes sud atlantiques et dans l’ouest du bassin méditerranéen. Fin et élancé, on loue sa beauté en disant de lui qu’il a un physique, une allure . Sa capacité à pousser vite et à résister à certaines conditions extrêmes en fait l’arbre d’avenir par excellence. En Aquitaine, il occupe une superficie d’un million d’hectares et représente le plus grand massif forestier homogène d’Europe. Le pin maritime est un arbre de croissance rapide pouvant atteindre 30 mètres de hauteur. Il est très répandu et couvre plus de 10 % des espaces boisés de France.

Un arbre étonnant de bienfaits

Le pin maritime est cultivé dans les Landes et plus largement dans toute la Nouvelle Aquitaine pour sa capacité à fixer le sable, mais aussi pour son bois utilisé dans la construction, la papeterie et la menuiserie. Autrefois, on récoltait sa résine dont on tirait la térébenthine. Aujourd’hui, certaines forêts parmi les plus belles ont été élues « forêts d’exception ». C’est le cas de la forêt de Lège- Cap Ferret dans laquelle Océopin récolte son actif phare, les pommes de pin. Par essence, la région du Cap Ferret est une zone de récolte privilégiée et ce, depuis longtemps, car les pins y sont particulièrement fructifères. Forts d’un brevet de formulation d’huile issue de la graine de pin maritime, Océopin a eu la primeur de cet actif et son exclusivité dès l’origine. On ne peut trouver d’huile de graines de pin maritime (Pinus pinaster seed oil) nulle part ailleurs que dans les produits Océopin.

L’ancrage local rend la production d’Océopin responsable ; il est un gage d’excellence et de traçabilité.

Le savoir-faire unique de la marque s’appuie sur une parfaite connaissance de la forêt, de la flore du littoral atlantique (oyats, chardons des dunes, immortelles, ajoncs…) et de l’usage de techniques sylvicoles cohérentes, transmises de génération en génération. Marina et son père, Jean-Jacques Berger, sont fiers de s’inscrire dans une filière de récolte durable et peu mécanisée, qui existe avant tout par et grâce aux hommes.

C’est ce qu’ils nous expliquent dans un reportage vidéo diffusé sur France 3 Aquitaine !

Laisser un commentaire

Consultez aussi nos articles presse :

  • le prescripteur

    Septembre 2019
  • vivre bio

    Septembre 2019
  • ELLE

    Août 2019
Le blog

Découvrez nos produits